L'histoire de Seo Taiji

dossier - 07.11.2008 13:00

Pour fêter le 10e anniversaire de la sortie du premier album de Seo Taiji, KoME fait une rétrospective de la carrière de cet artiste incontournable.

Seo Taiji est si influent dans son pays natal, la Corée du Sud, qu'on entend souvent dire que la musique peut être divisée en deux ères : pré-Taiji et post-Taiji. On fait souvent référence à lui comme étant « le Président de la Culture ». Il chante, danse, joue de la guitare et de la basse. C'est aussi un producteur, une icône de la mode, un homme d'affaire et un compositeur.

Pré-début:
Jeong Hyeon-Cheol est né le 21 février 1972. Il grandit et étudie à Séoul. Durant ses premières années d’école, il découvre et développe un amour pour la musique qui, plus tard, guidera le reste de sa vie. Depuis toujours il voue une passion pour le chant et il maîtrise également plusieurs instruments, particulièrement la guitare basse. Petit à petit il devient si absorbé par l'idée de faire partie de l'industrie de la musique de quelque manière que ce soit, qu'il apprend à composer, à produire et à faire de la musique par autodidacte.
À l’âge de 15 ans, il quitte l’école. Ses notes subissaient une chute catastrophique due à son obsession toujours grandissante pour la musique et la guitare. Il était clair que le jeune aspirant avait un rêve et rien ne pouvait l'arrêter. Un mois avant qu'il ne quitte définitivement l'école, Seo Taiji ne cesse de supplier son père pour qu'il puisse abandonner, désirant par-dessus tout se bâtir une carrière musicale.
En 1989, Seo Taiji, qui avait 17 ans à l'époque, se fait recruter par le groupe métal Sinawe et c’est ainsi que commence son parcours vers la gloire.

Sinawe:
Avant que Seo Taiji ne se joigne à Sinawe en tant que bassiste, le groupe en question était déjà établi d’une certaine manière dans la communauté métal. Leur premier album était paru en 1986 et ils préparaient leur 4e album (simplement intitulé FOUR). Seo Taiji a attiré l'attention de Shin Dae Chul, le guitariste de Sinawe (une personnalité très en vue de la scène coréenne), durant une prestation avec certains de ses amis.
Plus tard, Seo Taiji quitte le groupe, apparemment en raison de « différences musicales », d'autant plus que leur côte de popularité avait considérablement chutée.

Seo Taiji & Boys :
Après Sinawe, son futur restait indéterminé. La chose la plus logique à faire dans ce genre de cas aurait été de monter son propre groupe de rock avec des musiciens inconnus, mais Seo Taiji fait tout le contraire. Tout d'abord, il pense vraiment à monter son propre groupe, mais il se rend vite compte qu'en Corée, il est très difficile de trouver de bons et enthousiastes musiciens. Il planifie finalement d'aller au Japon pour tenter de recruter. C'est à ce moment-là que Seo Taiji décide de changer radicalement de style après sa découverte d’un nouveau genre musical venu tout droit des États-Unis : le rap. Il en devient si absorbé qu'il apprend lui-même à le composer et à le jouer. Il réalise très vite que ce genre de musique serait possible en coréen. En 1991, il s'associe à Yang Hyun Suk (Yang Goon), un danseur de renommée, et Lee Juno afin de former un boys band grandement influencé par la scène de rap émergente en Amérique.
Le groupe et leur nouveau genre musical atteignent une telle place dans l’industrie qu'ils sont adulés et détestés en même temps. Même si le groupe, surtout Seo Taiji, avait de l'espoir en leur musique, tout le monde ne partageait pas le même avis. Heureusement, peu de temps après, Bando Records leur fait signer un contrat ce qui plus tard, fera d'eux un des groupes des plus influents de l’histoire de la musique coréenne.
Leur première prestation sera diffusée en 1992 sur la chaîne MBC. Le groupe joue son premier extrait Nan Arayo devant une assemblée de juges sans oublier le public du studio. Cependant, personne ne semble particulièrement impressionné par leur performance et ils reçoivent la pire note du show avec les commentaires amers des juges qui qualifient leur musique « d’incompréhensible ».
Le premier album du groupe, Nan Arayo!, voit le jour en 1992. Le premier extrait n'a peut-être pas impressionné les juges quelques mois plus tôt, mais il a grandement fait son effet auprès du public et devient un énorme hit grâce à un style tout à faire unique qui combine le dance et le hip-hop, ainsi que certains sons de guitare qui pourraient venir de son ancien groupe. L’album se vend à 1.5 millions de copies et ce, seulement en Corée du Sud. Car même si la sortie de l’album est plutôt discrète, le groupe inaugure une nouvelle ère sur la scène de musique coréenne et ses effets se font encore ressentir aujourd'hui. On dit souvent que cet album est le premier album de rap coréen.
Le groupe fait sensation quand il milite pour les droits des musiciens en Corée. Les membres poursuivent en justice leur maison de disque pour avoir été en possession de contrat avec eux sans leur consentement et pour cause de violation des droits d’auteurs sur leurs chansons.
Seo Taiji, probablement par réaction inconsidérée, met alors sur pieds sa propre compagnie appelée YOYO Entertainment. Cette compagnie établit un système de management qui n’était jamais utilisé à cette échelle auparavant. Dorénavant, les groupes et l’agence seraient capable de gérer eux-mêmes leurs affaires au lieu de faire appel à un management extérieur. Cette méthode était grandement utilisée par les industries du monde entier.
En novembre, les Seo Taiji & Boys choquent encore une fois l'industrie coréenne en annonçant qu’ils ne feront aucune apparition à la télé pour se consacrer entièrement à l’écriture leur prochain album. C'est plutôt inhabituel pour un jeune groupe de faire ce genre de déclaration puisqu'ils devaient normalement fortement dépendre des médias afin d'assurer leur promotion.
Lors de la sortie du second album, Hayeoga, en juin 1993, ils réussissent à tenir tête à tout le tapage médiatique qui les entoure. En écoutant l'album, on comprend parfaitement pourquoi le groupe a voulu s'isoler lors de son enregistrement. Ils ont méticuleusement écrit chaque chanson en faisant attention de garder leur son original, tout en faisant évoluer leur style musical. Ils ont soigneusement combiné le rap, le hip-hop, le métal et la musique traditionnelle coréenne (exemple : taepyeongso) dans une même chanson. L'album s’est vendu encore mieux que le premier et a atteint les 1.8 millions d'exemplaires vendus.
Ne se contentant pas d'être le plus grand boys band de Corée, Seo Taiji & Boys quittent finalement leur pays natal en novembre 1993 pour faire leur premier concert japonais. Le groupe est alors invité à jouer au NHK Hall lors du Asia Music Festival.
Seo Taiji a une fois dit : « Je pense que le rap et le métal ont beaucoup de points en commun et au fond, ils visent tous les deux le même but ». Il met cette citation en pratique pour le troisième album du groupe, Seo Taiji & Boys III – Dreaming Bal Hae, spécialement pour la chanson Gyoshil Idea. Avec l’aide d’Ahn Heung-Chan du groupe Trash Crash, la chanson est pour lui un moyen d'exorciser ses démons intérieurs qui le hantaient lors de sa scolarité. Le morceau démontre un changement radical de style du groupe en combinant le rap de Seo Taiji & Boys avec la guitare tonnante d’Ahn Heung-Chan et des chants extrêmes.
La chanson est alors objet de plusieurs controverses. Certains vont jusqu'à la qualifier de « satanique » et Seo Taiji est accusé de véhiculer ce genre de message par l'intermédiaire de sa musique. Il affronte les critiques, et écoute les parties de la chanson dites "sataniques" quand on les joue à l'envers. Il remarque que ces passages peuvent effectivement être sujets aux controverses.

Le reste de l'album n’a pas été accueilli bien mieux. Les paroles parlent de problèmes difficiles et critiquent fortement la société. Pour ces raisons, une partie de ses fans qui dans le temps étaient surtout des adolescentes attirées par son image d'« idol » se sont éloignés de lui.
L'album est précurseur d’un grand changement de style dans le groupe. Le rock et le métal prennent le dessus sur le dance et le rap sachant que le groupe reçoit même des louanges pour avoir sorti un album plus mature et plus profond au lieu d’un simple album qui se vendrait bien. Visiblement, ça a aussi eu un effet sur Seo Taiji. La musique produite sur cet album est étonnamment similaire à ce qu’il produira plus tard en tant qu'artiste solo.
Récemment, Seo Taiji a été élu comme une des 100 personnes qui a changé la Corée depuis les 50 dernières années (c'est-à-dire, depuis son indépendance) malgré le fait qu'on dise qu'il évitait le service militaire. Des magazines aussi prestigieux que Mal et Chosun lui ont fait des éloges sur sa passion pour la musique et la liberté d'expression.
1995 n'est cependant pas une année très active pour le groupe. Après leur concert en janvier, ils disparaissent pour travailler sur leur quatrième album. Au concert qui se tient au Chamsil Gymnasium de Séoul, un nouveau système de son d’une valeur de 400 000$ US est installé afin que l'événement n'ait rien à envier en matière de qualité aux concerts de classe mondiale. En septembre, un mois avant la sortie de leur quatrième album, l'enthousiasme chez les fans montent au fur et à mesure que les publicités pour l’album très attendu commencent à apparaître. C'est enfin en octobre que les fans peuvent enfin se procurer l’album tant espéré intitulé Come Back Home.
Sans être dans l'ombre de l'album précédent, les paroles de Come Back Home sont féroces et controversées. L'album parle de propos tels que la montée du capitalisme et des injustices sociales auxquelles ils doivent faire face quotidiennement. Inutile de dire que cela déplut fortement aux autorités coréennes, engendrant une grande dispute entre ceux-ci et les membres du groupe. Sidaeyugam est alors fermement bannie par le Comité Coréen de l’Éthique des Performances pour raison de paroles inappropriées pour les jeunes écouteurs.
La chanson GOOD BYE est en quelques sortes un présage pour l’avenir du groupe. Depuis le début, le groupe disait qu’ils se sépareraient une fois leur but musical atteint, ce qui arrive au début de l'année 1996. Après leur séparation au sommet de leur gloire, les rumeurs vont même jusqu'à dire que la séparation du groupe serait due à l'intervention de la mafia coréenne. Afin de faire leurs adieux comme il se doit, le groupe sort un album best of.
Bien qu'ils fussent inactifs pendant toute l’année en 1996, l'impact que le groupe a produit durant leur carrière était suffisant pour qu'ils empochent plusieurs prix lors des cérémonies de fin d’année, notamment lors du Asian Viewers Choice.
Après la séparation du groupe, au lieu de se lancer directement dans une carrière solo, Yang Goon préfère aider d’autres artistes à percer dans le milieu. C'est ainsi qu'il crée YG Entertainment, sa propre maison de disque, avant la sortie de son premier album solo.
Pendant ce temps, Seo Taiji disparait en Amérique…

Carrière solo:
Deux ans passent sans aucune nouvelle de Seo Taiji. Il déménage à New York incognito où il passe alors le plus clair de son temps à préparer son retour.
C'est en juillet 1998 qu'il retourne en Corée avec son premier album solo : Seo Taiji. Il l'a lui-même produit et l'album reprend là où les Seo Taiji & Boys se sont arrêtés. Il continue à combiner le rock américain avec les voix coréennes. Nul besoin de dire que son album est un succès fulgurant et se vend à plus d’un million de copies.
En 2000, il revient avec son deuxième album solo intitulé Ultramania. Il eut un tel achalandage autour de cet album que cela incite Seo Taiji à faire un concert à Séoul ainsi qu’à animer une émission spéciale sur son retour à MBC. En fin d'année se sont déroulés plusieurs de ses concerts, une diffusion internet spéciale du live au Stade Olympique de Jam-sil, une apparition au World Peace Music Festival et une participation au concert de Studio22000 pour MBC’s Music Camp. En décembre, sa réputation de musicien le plus influent de Corée n’est plus à faire quand une chaîne japonaise, NHK diffuse sur ses ondes un documentaire sur lui.
Ce n'est pas avant 2001 que Seo Taiji organise un des plus importants festivals rock en Corée : ETPFEST (Eerie Taiji People Fest). Lors du premier festival, en octobre, la vedette est bien sûr Seo Taiji, mais de nos jours, des stars rock internationales comme Tommy Lee (Motley Crue), Marilyn Manson et The Used sont aussi présents. En 2002, l’ETPFEST est un événement extrêmement particulier. En effet, Hide (X JAPAN), qui est mort 4 ans auparavant a fait sa première « apparition » en Corée. Les autres membres de X JAPAN ont même joué sur scène avec son image et sa voix diffusées en arrière plan. Après la performance, les parents et le frère de Hide, Hiroshi, sont allés dans les coulisses pour remercier Seo Taiji. Seo Taiji sera aussi représenté avec la guitare de Hide, une Fernandes MG-360S jaune avec des cœurs roses.
L'année suivante, Seo Taiji tire encore plus avantage de son succès en sortant une version réenregistrée de son second album solo combiné à un concert live. Le résultat est le 6ème album de Seo Taiji et ETPFEST Live. Une fois que toutes les activités de promotion pour cet album sont terminées, des rumeurs disant que l’artiste était travaillerait sur un autre album commencent à circuler.
Et pour une fois, ce fut vrai. C'est ainsi qu'après une période de répétition au Japon, Seo Taiji revient en Corée pour donner une série de concerts appelée Live Wire. L'album, 7th Issue sort également dans les bacs. Avant que l'album ne fasse apparition sur les étagères, toutes les informations sont tenues secrètes, prouvant encore une fois que Seo Taiji est un roi de la publicité. Certaines sources vont même jusqu’à dire que cette fois, Seo Taiji s'essaierait à la musique lounge ou même le trip hop. Cela a aussi fait les manchettes puisque pendant la période où l'industrie de la musique en Corée était en chute libre, l'album de Seo Taiji s'est vendu à 300 000 copies et ce, seulement en pré-vente.
Pour célébrer le 77ème anniversaire de KBS, une émission spéciale est alors diffusée présentant Seo Taiji avec d'autres artistes comme Nell, Wheesung, Se7en et PIA. Seo Taiji joue quelques unes de ses nouvelles chansons en plus de ses vieux hits et des vidéoclips. Plus de 2000 spectateurs se réunissent dans le KBS Hall à l’occasion.
En 2005, à l'occasion de l'ouverture de leur site en anglais, Seo Taiji est reconnu par l'Assemblée Nationale Coréenne comme étant le représentant des musiciens des années 1990.
Après cette année cependant, les choses se calment sur le front de l'artiste.

Le 15ème anniversaire.
Au début de l'année 2007, Seo Taiji signe un contrat avec le constructeur automobile GM Daewoo d'une valeur de plus de 1 milliard de won. Malgré le fait que ce ne soit pas la première publicité du chanteur, l'affaire fait beaucoup de bruit.
Seo Taiji célèbre son 15ème anniversaire avec la sortie d'un album qui regroupe tous les albums de sa longue carrière. L'album se vend jusqu’à épuisement des stocks et ce, seulement en pré-vente. À la sortie officielle, des files d’attentes se forment devant plusieurs magasins en Corée. Les gens attendaient patiemment de recevoir leur copie. Certains critiques de musiques accusent Seo Taiji d'utiliser les albums en version limitées comme stratégie marketing pour gagner de l'argent en se basant sur sa gloire d'antan au lieu de revitaliser l'industrie de la musique coréenne. Il réagit en disant que cette attitude n'affecterait pas vraiment la scène musicale coréenne puisqu'il a déjà prouvé qu’il peut vendre des places de concert et des albums avec de la musique de qualité et ce, sans faire d'apparitions à la télévision.
En décembre 2007, Seo Taiji organise alors son premier concert pour célébrer son retour. Les artistes comme Epik High, Sweet Sorrow, Nell et PIA chantent même quelques uns de ses vieux hits et les places se vendent jusqu’à épuisement de stock. Toutefois, Seo Taiji lui-même n'a fait aucune apparition durant ce concert.
En début de 2008, des renseignements d’un prochain album en mai commencent déjà à circuler un peu partout. Quelques temps après, on commence à parler de tournée. Le mois de mai arrive finalement, mais aucune information n'est confirmée. Finalement, l'artiste annonce qu'il va jouer à l’ETPFEST 2008 en août.
Alors qu'aucune date de tournée ou sortie d’album n’est fixée, des renseignements prédisent une tournée mondiale en septembre et une sortie d'album après la clôture des Jeux Olympiques de Beijing. Il va sans dire que les fans s'animent à l’idée que leur héros se lancerait dans de nouvelles activités. Maintenant, on ne peut qu'attendre des nouvelles du camp de Taiji.
artistes liés
commentaires
blog comments powered by Disqus


publicités